Espaces et temps visibles de la lumière

Je propose une réflexion sur l’aspect ontologique et métaphysique des productions d’Oliafur Éliasson, qui crée des expériences dans des espaces publics immersifs lumineux. Il met en relation le collectif et l’individuel, l’espace et le temps pour explorer les modes de la perception humaine comme dans l’œuvre Your atmospheric colour atlas (2009) au Japon, où il capturait la lumière colorée dans la brume, et à l’inverse dans The Weather Project (2003) à la Tate de Londres, où les effets lumineux diffusaient une brume interagissant avec les comportements des spectateurs. Dans une métaphorisation de la prégnance lumineuse sur la perception, il offre aujourd’hui des dispositifs lumineux individuels aux spectateurs. Entre exploration technologique et perceptuelle, le rôle de la lumière illumine autant l’imagination qu’il active une pensée philosophique. En parallèle je présenterai des projets que j’ai conceptualisés et qui s’inscrivent dans le même ordre d’idées.


Christine Palmiéri est professeure associée à L’UQAM (Hexagram) artiste en arts visuels et médiatiques et directrice de la revue Archée (www.archee.qc.ca). Ses recherches portent sur les arts médiatiques (numériques, robotiques et biotechnologiques). Elle détient un PHD en Études et Pratiques des Arts de l’UQAM. Elle a été artiste en résidence, entre autres, en France (CRANE LAB), au Musée de Queretaro (Mexique), etc., elle est aussi commissaire d’expositions.